Get Adobe Flash player

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/httpd/vhosts/hcbg.com/parisvisite.net/templates/parisvisite2/functions.php on line 571

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/httpd/vhosts/hcbg.com/parisvisite.net/templates/parisvisite2/functions.php on line 571

arc_carrouselAdresse : Il se trouve sur la place du Carrousel, juste à l'ouest du Musée du Louvre.


L’arc de triomphe du Carrousel est un monument datant de 1809 construit sous Napoléon Bonaparte. Il comporte des entrées sur chacune des quatre faces (tétrapyle). Il est situé dans le Ier arrondissement de Paris.

Historique

Édifié en hommage à la Grande Armée de Napoléon Bonaparte entre 1807 et 1809, le monument est situé devant le palais, sur l'esplanade précédant l'aile des Tuileries (avant qu'elle ne brûle en 1871). Célébrant la victoire de l'armée française à Austerlitz, l'arc de triomphe, dessiné par Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, illustre la campagne de 1805 et la capitulation d'Ulm le 20 octobre 1805.

 

Description de l'Arc

Il fait explicitement référence aux arcs de triomphe de l'empire romain et notamment à celui de Septime Sévère à Rome. Les sujets des bas-reliefs illustrant les batailles ont été choisis par le directeur du musée Napoléon (situé à l'époque au palais du Louvre), Vivant Denon, et dessiné par Charles Meynier.
Le quadrige surmontant l'arc est une copie des Chevaux de Bronze de Constantin Ier, attelage ornant le dessus de la porte principale de la basilique Saint-Marc de Venise. En effet, à l'issue de la première campagne d'Italie, l'armée française menée par le général de l'armée d'Italie Napoléon Bonaparte rapporta de Venise en 1798, l'original de la sculpture comme « trésor de guerre » et la plaça sur le monument. Il fut entouré de deux victoires à partir de 1808. En 1815, suite à la bataille de Waterloo et à la chute de l'empereur (Restauration), La France rend le quadrige aux Autrichiens qui la restituent aussitôt à la cité des doges qui venait d'être annexée à l'Empire d'Autriche par le Congrès de Vienne. La copie est alors effectuée par le sculpteur François Joseph Bosio en 1828.
Le monument comporte 3 arcades dans sa largeur, comme l’arc de Septime-Sévère, plus une qui est transversale. Sa hauteur est de 14 mètres 60 (45 pieds) et sa base est un rectangle de 19 mètres 50 (60 pieds) sur 6 mètres 65 (20 pieds et demi). Il est couronné d’une frise imposante en marbre (griotte d'Italie), sculptée et gravée2.
Il fait explicitement référence aux arcs de triomphe de l'empire romain et notamment à celui de Septime Sévère à Rome. Les sujets des bas-reliefs illustrant les batailles ont été choisis par le directeur du musée Napoléon (situé à l'époque au palais du Louvre), Vivant Denon, et dessiné par Charles Meynier.
Le quadrige surmontant l'arc est une copie des Chevaux de Bronze de Constantin Ier, attelage ornant le dessus de la porte principale de la basilique Saint-Marc de Venise. En effet, à l'issue de la première campagne d'Italie, l'armée française menée par le général de l'armée d'Italie Napoléon Bonaparte rapporta de Venise en 1798, l'original de la sculpture comme « trésor de guerre » et la plaça sur le monument. Il fut entouré de deux victoires à partir de 1808. En 1815, suite à la bataille de Waterloo et à la chute de l'empereur (Restauration), La France rend le quadrige aux Autrichiens qui la restituent aussitôt à la cité des doges qui venait d'être annexée à l'Empire d'Autriche par le Congrès de Vienne. La copie est alors effectuée par le sculpteur François Joseph Bosio en 1828.
Le monument comporte 3 arcades dans sa largeur, comme l’arc de Septime-Sévère, plus une qui est transversale. Sa hauteur est de 14 mètres 60 (45 pieds) et sa base est un rectangle de 19 mètres 50 (60 pieds) sur 6 mètres 65 (20 pieds et demi). Il est couronné d’une frise imposante en marbre (griotte d'Italie), sculptée et gravée.

 

Recherche personnalisée